La part de l'ombre
 
   
 

« Dans l’œuvre qu’il a réalisé pour TECOMAH, Olivier de Sépibus, poursuit sa réflexion sur le visible en piègeant le regard, […]. En construisant dans un sous-bois, cette nouvelle oeuvre, […], il cherche à créer, selon ses propres termes, une sorte de trou dans la vision. Autrement dit, un effondrement du visible dans sa visibilité même puisque c’est de l’obscurité que doit sortir non la lumière mais une obscurité plus grande. Comme s’il fallait devenir aveugle à sa propre vision pour acquérir une lucidité accrue. »
Gilles A. Tiberghein, extrait du catalogue.

Menu

La vignette [-] en haut à droite permet d'agrandir les images.