Cabane à perceptions
 
   
 

Dans ce projet la cabane est détournée de sa fonction d’habitat. Celle-ci est un lieu exigu à place unique. La fenêtre, qui cadre idéalement sur un beau paysage, devient ici une ouverture sur un non-lieu : le ciel.
L’intérieur est uniformément bleu, le ciel paraît envahir la cabane. les cloisons ne semblent plus nous séparer de l’extérieur mais nous y immerger. L’œil, apaisé par le bleu laisse les autres sens, et notamment l’ouïe, prendre le relais. Les sons extérieurs donnent aussi une profondeur à cet espace confiné. L’enjeu de cette œuvre est l’effacement du paysage en tant qu’image et objet esthétique pour une expérience de l’imaginaire.

Menu